Comment sélectionner un vin de Bordeaux

Critères de choix d’un vin de Bordeaux

Choisir un vin de bordeaux À de rares exceptions près, un vin de Bordeaux est d’autant meilleur qu’il respecte un certain nombre de règles et bonnes pratiques tout au long de sa vie :

Le millésime

Choisir les bonnes années… Celles qui procureront au vin initial le bon degré alcoolique et la juste puissance tannique. Notez que le délai nécessaire à la bonification d’un vin est d’autant plus long que ce vin est riche en  tanins.

Le classement du vin

Contrairement aux idées reçues, les classements les plus anciens n’ont pas été globalement remis en cause par les consommateurs d’aujourd’hui. Le classement de 1855 est encore une référence.

Le bon moment

Dégustation bordeaux

Pour offrir ce qu’il a de meilleur, un Bordeaux doit être bu au bon moment :

  • un vin souple peut se boire plus vite qu’un vin dur
  • une petite année se boit généralement plus vite qu’une grande année

En résumé, les meilleurs vins sont les mieux classés, sélectionnés dans les grandes années et consommés à un âge suffisant (10 ans au minimum pour les vins anciens- avant 1995). Toutefois une nouvelle tendance dans la vinification tend à conduire à une consommation plus rapide des vins.

Classement des bonnes années en Bordeaux

Ce classement est donné à titre d’exemple. Il ne prend pas en compte la qualité du vin, qui diffère en fonction des châteaux où il est produit. Il est basé sur la qualité des récoltes.

Très bonnes années

2010, 2009,2005, 2000, 1990, 1988, 1985, 1982, 1978, 1970, 1961, 1953, 1949, 1947, 1945, 1929 et 1928 s’il en  reste…

Bonnes années

2011, 2008, 2007, 2006, 2004, 2003, 2001, 1989, 1987,  1986, 1983, 1981, 1979, 1976, 1971, 1967, 1966, 1964, 1962 et éventuellement 1959 et 1955 pour les très grands crus.

Années moyennes

1999, 1998, 1996, 1987 (Saint-Emilion), 1984 (Médoc) .

Années difficiles

2002, 1987 (Médoc), 1984 (Saint-Emilion)

Remarque:

1.      Les années non notées sont à priori dépassées

2.      Il est toujours possible de trouver, dans un grand château, un excellent vin dans une année difficile;

3.      Le  classement des millésimes donné ci-dessus présente une vue macroscopique et très généraliste. Une année difficile pour une appellation peut se révéler différemment, voir bonne pour une autre appellation.

Prenons pour exemple le mauvais classement de 1984, principalement dû au gel des fleurs (coulure) du cépage merlot ; les appellations à forte proportion de merlot (Bordeaux, Saint-Emilion, Pomerol, Fronsac) furent alors plus sévèrement touchées, que celles à moyenne proportion (Graves, 1ère Cotes)et, à fortiori celles à faible proportion (Médoc). A l’inverse en 1987, les Saint-Emilions étaient plus réussis que les Médocs.